Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

Février 2017 - Emission de "green bonds"

il y a 2 ans

Fin janvier, la France a émis pour la première fois de son histoire des obligations vertes, dites « green bonds ».

Ces obligations vertes sont destinées à sécuriser une enveloppe d’investissement consacrée à la transition énergétique. Au-delà du symbole politique, la France montre ainsi qu’elle se donne les moyens d’appuyer le développement de l’agriculture biologique, des énergies renouvelables, de la mobilité électrique, etc… Plus de 7 milliards d’euros à horizon 22 ans ont été levés sans que cela coûte plus cher à l’Etat français qu’un em-prunt classique (coupon annuel de 1,75%).

Cette émission a attiré un grand nombre d’investisseurs institutionnels, dont un grand nombre d’acteurs majeurs de la finance, parmi lesquels figurent des noms comme BlackRock, Amundi, AXA…

Le marché des obligations vertes a été ouvert il y a 5 ans par quelques géants du secteur énergétique.

Des collectivités locales s’y sont essayées dans le passé, comme la région des Hauts de France en 2008, mais le sujet intéressait moins à l’époque. Alors que l’avenir du Fonds vert pour le climat est menacé par la nouvelle administration américaine, voilà une initia-tive qui démontre comment le monde financier peut se mettre au service de la planète.

Est-on sûr que les fonds levés seront bien utilisés ?

Oui. L’Etat s’est engagé à communiquer régulièrement, sur l’utilisation des fonds et à mettre en place un comité d’évaluation indépendant. Cette obligation de transpa-rence fait partie du contrat passé avec les investisseurs.

La France peut-elle être un exemple à suivre ?

L’émission a rencontré un très vif succès, l’offre a été sursouscrite à hauteur de 23 milliards, alors qu’il était question, au départ pour l’Etat de lever 3 milliards d’euros. La France devient, à ce jour, le plus gros émetteur de dettes souveraines vertes.

On se plaît à penser que nous puissions faire école et contribuer à structurer ce marché avec la mise en place d’indicateurs fiables et reconnus de tous. Ce dernier point est particulièrement important à l’heure où la Suède et le Royaume-Uni se préparent à lancer, elles aussi, des émissions d’obligations vertes. En France, on n’a pas de pétrole, mais….

Les « stories » du mois de décembre

THE MONTHLY REVIEW: QUICK LOOK

Article | Billets des gérants | 10/01/2020

DÉCEMBRE •  Que s'est-il passé ? 

Quelles seront les répercussions des élections sur...

Article | Billets des gérants | 13/12/2019

Une victoire des conservateurs a toujours été susceptible d’être le résultat le plus favorable pour les marchés. Nous prévoyons que cela suscitera une réaction positive des actions britanniques, mais ce sera également opportun pour la livre sterling, ce qui pourrait miner la confiance, car les poids lourds de l’indice FTSE tirent une part importante de leurs revenus à l’étranger.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Les cookies utilisés permettent une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus