Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

Netflix dévoile l'impact environnemental d'une heure de streaming

il y a 26 jours
 
À l'aide d'un outil développé par l'Université de Bristol, Netflix affirme qu'une heure de streaming sur sa plate-forme génère moins de 100gCO2e. Soit l'équivalent de l'utilisation d'un ventilateur de 75 W pendant 6 heures en Europe, ou d'un climatiseur de 1.000 W fonctionnant pendant 40 minutes.

A quel point le streaming sur Netflix est-il mauvais pour la planète ?Pour diffuser ses contenus vidéos, la plateforme utilise des data centers qui fonctionnent 24h/24h à travers le monde. Une consommation électrique qui augmente chaque année, à mesure que la plateforme séduit de nouveaux abonnés. Energivore et polluante, l'empreinte carbone des acteurs de l'économie numérique comme Netflix ou Amazon est ainsi régulièrement pointée du doigt comme étant un frein à l'impératif de réduction des émissions polluantes.

Toujours discret sur ses objectifs environnementaux, Netflix a pour la première fois dévoilé l'empreinte carbone d'une seule heure de visionnage par ses utilisateurs. À l'aide d'un outil appelé Dimpact, développé par des chercheurs de l'Université de Bristol, Netlfix affirme qu'une heure de streaming sur sa plate-forme en 2020 a généré moins de 100gCO2e. Soit l'équivalent de l'utilisation d'un ventilateur de 75 W pendant 6 heures en Europe, ou d'un climatiseur de 1.000 W fonctionnant pendant 40 minutes.

Continent numérique

Avec près de 40 millions de nouveaux abonnés en 2020, le streaming sur Netflix s'est imposé dans le quotidien de près de 200 millions d'utilisateurs à travers le monde. A la tête d'un véritable continent numérique, la réduction des émissions carbone est devenue pour Netflix un enjeu à la fois écologique et marketing.Un enjeu sur lequel les acteurs de l'économie numérique n'hésitent d'ailleurs plus à communiquer pour afficher leurs ambitions de réduction de leur impact environnemental. Avec la publication de cette étude, la plateforme, qui n'a jamais présenté d'objectifs de réduction d'émissions, tente ainsi de rattraper son retard sur plusieurs grands acteurs du numérique.

Lire aussi :

DECRYPTAGE L'effet Netflix : quand le pouvoir commercial de la plateforme crève l'écran

En janvier 2020, c'est le géant Microsoft qui a promis d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2030. Apple a de son côté a détaillé récemment son plan pour devenir neutre en carbone à la même échéance. Le réseau social Facebook s'est également engagé à des émissions nettes nulles de tous les fournisseurs et utilisateurs et Google a promis de fonctionner exclusivement avec de l'énergie renouvelable.

De son côté, Netflix a annoncé la publication d'un grand livre blanc au printemps dans lequel elle devrait présenter pour la première fois ses objectifs chiffrés de réduction de ses émissions carbone.

Author : Samir Touzani

Article original : 2021-03-19

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Les cookies utilisés permettent une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus