Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

Les investisseurs s'arrachent la nouvelle obligation verte de la France

il y a 26 jours
Bercy a émis une nouvelle OAT verte, pour un montant de 7 milliards d'euros, attirant une demande des investisseurs de près de 35 milliards. La France est le plus gros emprunteur souverain sur ce marché. Elle pourrait lever 15 milliards d'obligations vertes cette année.

La France monte en puissance en matière de finance verte. L'Agence France Trésor, chargée de placer la dette de l'Etat sur les marchés, a procédé ce mardi à l'émission de sa deuxième obligation verte. Cette OAT (obligation assimilable du trésor) à échéance 2044 s'est arrachée sur les marchés. La demande a atteint 34,5 milliards d'euros pour 7 milliards proposés. C'est une fois et demie celle qui avait été atteinte lors de l'émission inaugurale de la première OAT verte française, en 2017.

Face à cet appétit, la France a obtenu des conditions plutôt avantageuses. Le rendement offert à l'émission s'est établi à 0,526 %, très légèrement en dessous de la courbe des taux. Autrement dit, à cette maturité, Paris va payer un peu moins que s'il avait émis une obligation classique. En revanche, malgré cette forte demande, l'AFT n'a pas souhaité augmenter le montant émis. Deux semaines plus tôt, l'Italie avait réussi à émettre pour 8,5 milliards d'euros de green bonds.

Circonstances favorables

Les circonstances de cette levée de dette, réalisée par syndication, étaient favorables. « L'environnement de taux était plutôt stable, aprèsplusieurs semaines plus mouvementées, et nous étions les seuls émetteurs de notre catégorie aujourd'hui », se félicite Anthony Requin, directeur général de l'AFT. 325 investisseurs ont rempli le livre d'ordres. « On retrouve notamment tous les grands fonds spécialisés dans l'investissement responsable. Aucun n'a manqué à l'appel », témoigne Pierre Blandin chez Crédit Agricole CIB. Plus largement, les Français sont les plus représentés - à hauteur de 20 % -, ce qui n'était pas le cas lors de l'émission de 2017.

Avec cette nouvelle opération, Paris réaffirme son avance au sein du cercle de moins en moins restreint des émetteurs souverains. Abondement après abondement, les encours du green bond lancé il y a 7 ans ont atteint près de 29 milliards d'euros. Faisant de la France le premier emprunteur sur le marché de la dette d'Etat verte.

15 milliards cette année

Ce montant s'approchant de la limite haute pour une souche obligataire, l'AFT avait initié sa réflexion sur la création d'une nouvelle OAT il y a plusieurs mois. L'annonce en avait été faite par la ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, lors du Climate Finance Day en novembre dernier, et confirmée par l'AFT dans son programme de financement pour 2021.

La mise en oeuvre de cette nouvelle OAT a aussi été rendue possible par l'accroissement des dépenses éligibles, c'est-à-dire les dépenses budgétaires qui peuvent être financées par l'OAT verte. Les aides pour la transition énergétique ont été réintégrées au budget de l'Etat, faisant grimper le montant maximal pouvant être levé via des OAT vertes cette année à 15 milliards d'euros.

Author : Guillaume Benoit

Article original : 2021-03-24

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Les cookies utilisés permettent une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus