Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

Mars 2018 - Décrypter les marchés financiers en ce début d'année

il y a un an

Les trois points essentiels pour comprendre ce début d’année

1. Entreprises du CAC 40 : des résultats de bonne facture 

92 milliards d’euros, c’est le bénéfice total net cumulé en 2017 des 40 plus grandes entreprises françaises. Le CAC 40 réalise sa meilleure année depuis 10 ans mais n’égalise pas encore l’année 2007 où le bénéfice total s’élevait à 96 milliards d’euros. 38 des 40 plus grandes capitalisations sont bénéficiaires, Carrefour et LafargeHolcim enregistrent des pertes respectivement de -531 millions d’euros et -1,546 milliard d’euros. 8 entreprises ont vu leur rentabilité se dégrader, c’est notamment le cas de CapGemini, Orange, Société Générale, Vivendi, TechnipFMC et Valeo. Les entreprises ont largement profité de l’augmentation de la demande intérieure (principal moteur de la croissance économique en 2017) et ceci se traduit par une augmentation quasi générale des profits du CAC 40. 

Sanofi arrive en tête de classement avec 8,4 milliards d’euros de profits, puis BNP Paribas avec 7 ,9 milliards. Total arrive en troisième position avec 7,7 milliards d’euros et AXA avec 6,2 milliards d’euros de profits. Le poids du secteur financier dans le CAC 40 a continué de régresser même s’il représente plus de 22 milliards de profits soit 24.5% dans le total des résultats de l’indice. A titre de comparaison, il représentait 30 % en 2016 et 40 % en 2015. 

2. Une croissance légèrement rehaussée et un taux de chômage en baisse 

L’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques) a finalement rehaussé le taux de croissance de la France pour 2017 par rapport à la première estimation faite en janvier. La progression du Produit Intérieur Brut s’élève non pas 1,9 % mais 2 % : un niveau qui n’avait pas été atteint depuis l’année 2011. L’INSEE reste optimiste quant à la poursuite de la croissance les six prochains mois à un rythme légèrement plus faible. Le taux de chômage mesuré au sens du Bureau International du travail (BIT) a reculé de 1,1 % sur un an et atteint 8,9 % au quatrième trimestre de 2017. La France se rapproche peu à peu de la moyenne européenne. 

3. Le retour de la volatilité 

2018 marque le retour de la volatilité. La volatilité mesure l’ampleur des variations du cours d’un actif financier par rapport à sa moyenne. En théorie, lorsque la volatilité d’un actif est élevée, l’espérance de gain est importante mais le risque l’est également. En temps normal, la volatilité des marchés d’actions se situe entre 10% et 20% en rythme annuel. L’épisode du début février est un rappel à l’ordre permettant aux marchés de corriger la situation de quasi-euphorie avec une hausse ininterrompue depuis plusieurs mois et une volatilité anormalement basse. Pourtant, la volatilité est l’essence même des marchés financiers et fait naître des opportunités d’investissement si les fondamentaux économiques se maintiennent.

The Monthly Review : Les « stories » de septembre

Article | Billets des gérants | 16/10/2019

BAISSE DES TAUX - QUELLES RÉPERCUSSIONS ?

The Monthly Review : Les « stories » de septembre

Article | Billets des gérants | 16/10/2019

 SEPTEMBRE -  Que s'est-il passé ?

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Les cookies utilisés permettent une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus