Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

Mai 2020 - L’investissement thématique à la lumière de la crise sanitaire

il y a 3 mois

L’investissement thématique est une stratégie qui s’intéresse à des thèmes d’investissement, c’est-à-dire des secteurs présentant un potentiel de surperformance par rapport à l’ensemble du marché. Contrairement aux stratégies qui se concentrent sur des régions géographiques, les stratégies thématiques sont plus transversales et s’intéressent à des tendances de fond s’inscrivant sur le long terme. Ce sont les mégatendances.

A l’échelle de l’activité humaine, elles correspondent à des forces transformatrices telles que l’émergence d’une nouvelle classe moyenne, notamment en Asie, avec de nouveaux appétits et de nouveaux besoins ; la transformation des modes de vie, le vieillissement de la population qui touche aussi bien les pays développés que les pays émergents, ou encore, l’innovation et les nouvelles technologies.

La crise sanitaire liée au Covid-19 a profondément marqué le monde en 2020 et a mis en lumière la résilience de trois mégatendances : la santé, la technologie et l’environnement, qui ont toutes affiché une réelle résilience lors de la chute des marchés au mois de mars.

Longévité et Bien-être :

Compte tenu de la propagation du coronavirus dans le monde, le secteur de la santé bénéficie d’un intérêt accru pour la recherche et les équipements médicaux. Avec plus de 300 médicaments et de 70 vaccins à l’étude, le secteur connait une remarquable rapidité de développement de la recherche et des niveaux de performance jamais égalés.

Il faut néanmoins souligner que, au-delà des besoins ponctuels liés au coronavirus, le secteur de la santé est résilient par nature. Au vu de la corrélation de plus en plus importante entre nouvelles technologies et systèmes de soins, ces derniers ont constamment besoin d’être améliorés, « mis à jour ». Cela voudrait dire que le secteur de la santé ne pourra faire l’objet de coupes budgétaires dans les moins et années à venir. Au contraire, la crise actuelle a mis l’accent sur la nécessité d'augmenter les dépenses de santé, et cette mégatendance devrait bénéficier de financements de plus en plus importants.

Robotique et Intelligence artificielle :

Le secteur de la technologie est l’autre grand bénéficiaire de nos nouvelles habitudes. Le confinement a fait du télétravail, du e-learning et de la médecine à distance des pratiques courantes et largement répandues. Dans certains pays, les diagnostics à distance et la robotisation des infrastructures médicales ont permis à la fois de protéger le personnel hospitalier en limitant l’exposition aux malades, et à pallier le manque de personnel.
En ce qui concerne la connectivité, les systèmes de paiement à distance ont connu une très forte augmentation au cours des derniers mois, avec par exemple la création de près de 7 millions de nouveaux comptes Paypal (opérateur de paiement en ligne) en avril. Dans la même veine, les systèmes de téléconférence et de réunions à distance ont bondi massivement. TeamViewer a connu une augmentation de ses revenus de plus de 60% en glissement annuel, sur le seul premier trimestre.
Les problématiques liées à la connectivité, au cloud ou encore à la cybersécurité continueront de soutenir cette mégatendance, également portée par des besoins croissants en infrastructures informatiques de plus en plus performantes.

 

 

Environnement et Climat :

En attirant le regard sur la fragilité et l’importance de notre santé et de notre planète, la pandémie a changé notre perception du monde et remis le climat au centre de nos préoccupations. Les énergies renouvelables et les autres solutions durables sont déjà un vecteur de croissance et devraient poursuivre leur trajectoire.

Les objectifs de l’Accord de Paris visent (entre autres) à atteindre 24 000 GW de nouvelle capacité de production renouvelable d'ici 2050, soit 11 fois plus de capacité renouvelable aujourd'hui. Plus de 1700 centrales CCS (Carbon Capturing Storage) doivent être installées dans les centrales électriques et les installations industrielles d'ici 2050. Autre chiffre clé : 924 millions de véhicules électriques doivent être sur les routes dans le monde d'ici 2050. Autant de chiffres qui illustrent le fait que les entreprises contribuant à lutter contre la pollution continueront à bénéficier d’importants flux d’investissements.

Au-delà des préoccupations actuelles, la nature structurelle de ces mégatendances les amènera à être renforcées au cours des décennies à venir.

Sources : Candriam
Achevé de rédiger le 18 mai 2020

*La société de gestion Architas France déploie l’offre AXA Private Management dédiée à la clientèle privée d’AXA. Gestion Privée d’AXA France – Mai 2020

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Les cookies utilisés permettent une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus