Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

The Monthly Review : Les « stories » de octobre

il y a 10 mois

CLOSE LOOK
TROP PRÈS DU SOLEIL ?

Une cotation en Bourse est le rêve de beaucoup de start-ups en herbe. Toutefois, les valorisations faramineuses tiennent plus du rêve que de la réalité. Le problème est que ces jeunes entreprises en pleine croissance peuvent épuiser leurs liquidités à un rythme alarmant. Nous examinons les hauts et les bas du marché des introductions en Bourse (IPO) cette année et nous nous intéressons au parcours d’une entreprise de « haut vol ».

WeWork, une société de coworking, a fait la une des journaux pour les mauvaises raisons. Sa valorisation exorbitante s’est révélée sans fondement et l’entreprise a dû renoncer à son projet d’introduction en Bourse. Pourtant, WeWork était désignée comme l’étoile montante des start-ups de coworking mais le retour à la réalité a été brutale. Elle a été sauvée par le fonds de placement Softbank Vision à un prix éloigné de celui proposé à l’introduction en bourse.

Introduites en Bourse cette année, Uber et Lyft, les applications de voitures de transport avec chauffeur (VTC), ont plongé à des taux historiquement bas le mois dernier. Tous deux s'efforcent de rendre leurs modèles économiques non seulement convaincants, mais aussi rentables. D’autres secteurs de prédilection comme le Bitcoin, la marijuana et le vapotage ont également accusé le coup.

Même les entreprises les plus vertes ont connu des difficultés. Peloton, plus connue pour ses vélos d’intérieur connectés à Internet, a ouvert en baisse de plus de 10 % pour sa première séance. Pour sa part Beyond Meat, un producteur de burgers vegan, coqueluche des marchés au moment de son introduction en bourse cet été doit faire face à la concurrence croissante qui pourrait se traduire par une baisse des marges et un recul du cours de l’action.

De son côté, Virgin Galactic est devenue la première entreprise de tourisme spatial à être cotée à la Bourse de New York. Malgré des projets stratosphériques, l’entreprise est encore loin de toucher les étoiles. Contrairement à Elon Musk, dont l’objectif est de coloniser Mars, Virgin Galactic a pour ambition de construire des hôtels de luxe sur la Lune. En attendant, les voyageurs potentiels peuvent acheter des billets pour un vol spatial de 90 minutes pour seulement 250 000 $. Les actions ont grimpé en flèche dans les premières heures de cotation, avant de chuter plus tard dans la journée.

DERNIÈRES

Publications

CLOSELOOK - AOÛT 2020

Article | Actualités | 08/09/2020

Le président Trump a banni les entreprises chinoises TikTok et WeChat des États-Unis, au motif que ces deux applications représentent une menace pour la sécurité économique et nationale.

The Monthly Review : Les « stories » de août

Article | Actualités | 08/09/2020

Joe Biden a été confirmé en tant que candidat du Parti démocrate pour affronter Donald Trump lors de l’élection de novembre.  

L'investissement durable doit-il forcément...

Article | Billets des gérants | 06/09/2020

On pensait autrefois, à tort, que l’investissement durable (investir dans les entreprises qui contribuent à un avenir durable) équivalait à sacrifier des rendements.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Les cookies utilisés permettent une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus