Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

The Monthly Review : Les « stories » du mois de mai

il y a un mois

QUICK LOOK
LES MARCHÉS

4,5%

S&P 500

4,2%

EURO STOXX 50

3,0%

FTSE 100

2,7%

CAC 40

6,7%

DAX 30

3,4%

BEL 20

2,9%

FTSE MIB

2,5%

IBEX 35

6,8%

TOPIX
   
        Source: Bloomberg 29.05.2020


Dans l’attente d’un vaccin

Les marchés ont fortement rebondi dans le sillage des bouleversements de mars, galvanisés par l’espoir d’une reprise économique en V. La confiance a quelque peu faibli ces dernières semaines et la dynamique s'est ralentie. Quelle serait la solution miracle pour relancer la machine à présent ? Les marchés restent suspendus à l’annonce d’un vaccin contre le Covid-19, oscillant entre l’espoir suscité par de nouvelles avancées et le désespoir face à la perspective de devoir fournir jusqu’à un milliard de doses avant la prochaine grippe saisonnière hivernale. De son côté, la recherche a révélé que le virus ne mutait pas aussi rapidement que d’autres virus du même type. Cette particularité pourrait accroître l’efficacité d’un vaccin et contribuer dans une certaine mesure à apaiser la nervosité des marchés.

Une banque centrale prêteuse, pas dépensière

C’est en ces termes que Jerome Powell a décrit la Réserve fédérale américaine (Fed). Son analyse correspond bien à la réalité. Bien que la Fed et les autres banques centrales puissent stimuler la liquidité, acheter des obligations et maintenir des taux d’intérêt bas voire négatifs, seuls les États peuvent dépenser les quantités d’argent colossales nécessaires pour redémarrer des économies à l’arrêt. Les consommateurs pourraient-ils eux aussi être les catalyseurs du rebond ? Au cours des mois de confinement qui se sont écoulés, les dépenses ont baissé beaucoup plus vite que les salaires. Au moment de la réouverture des magasins et des restaurants, ce surplus d’épargne, qui pourrait s’élever à des milliards de dollars, pourrait contribuer à la relance économique tant attendue.

Sécurité routière ?

Le moins qu’on puisse dire est que le confinement a été désastreux pour les constructeurs automobiles. Rien qu’en Europe de l’Ouest, les ventes se sont effondrées de près de 80 % en avril. Toutefois, il pourrait bien y avoir une lumière au bout du tunnel. En Chine, l’un des pays à l’avant-garde du déconfinement économique, l’utilisation de la voiture individuelle a enregistré un sursaut, les gens privilégiant ce moyen de locomotion afin d’éviter les transports en commun, à tel point que les embouteillages dans certaines villes sont revenus à 90 % de leurs niveaux précédents. L’industrie automobile veut « reconstruire en mieux »
(« build back better ») et, afin de préserver la pureté de notre air, cherche à promouvoir les voitures électriques.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Les cookies utilisés permettent une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus