Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

Juin 2016 - Le Brexit (avant référendum)

il y a 6 ans

C'est en 798 que le moine anglais Alcuin écrit à l’empereur Charlemagne qu’il faut se méfier de la voix du peuple afin d’éviter l’influence d’une émotion populaire éphémère…

Lorsque David Cameron, premier ministre du Royaume-Uni , a pris la décision d’interroger le peuple britannique , il n’avait sans doute pas à l’esprit que cette consultation donnerait lieu à tant d’agitation et de spéculation.

Should I stay or should I go ?

Ce jeudi 23 juin, les Britanniques vont s’exprimer dans le cadre d’un référendum sur le maintien ou non la Grande-Bretagne dans l’Union Européenne (UE). Deux options sont possibles : remain or leave, le pays reste dans le club des 28 ou le quitte.

Ce potentiel « Brexit », contraction de "Britain" et "Exit" constituerait un évènement important dans l’histoire de l’UE, il est donc difficile d’en évaluer objectivement les conséquences.

Il est probable qu’un Brexit pourrait conduire à affaiblir la crédibilité de l’Europe dans son ensemble, le Royaume-Uni pesant près de 15 % du PIB de l’UE et représentant 1/10ème des exportations de la zone euro. Même si les milieux économiques sont en grande majorité pro-européens.

Quid ?

Nous sommes depuis quelques semaines dans une phase d’hésitation des marchés financiers. Ces derniers n’aiment pas l’incertitude.

Au-delà du référendum, de nombreuses questions se posent sur les conséquences de cette potentielle décision pour l’ensemble de la construction européenne. En tout état de cause, cela pourrait donner des idées à d’autres pays membres de l’UE pour demander moins d’Europe.

A ce stade, nous pensons que le contexte de marché va rester incertain et complexe avec de potentiels soubresauts jusqu’au 23 juin, et dans les jours qui suivent. Soyez assurés que la vigilance guide nos équipes de gestion. Nous vous tiendrons très régulièrement informés de l’évolution de la situation.

Est-ce le bon moment d’acheter des obligations ?

Les investisseurs en obligations ont été malmenés au cours des deux dernières années, 2022 étant la deuxième année consécutive de rendements négatifs pour les détenteurs de titres à revenu fixe. Cependant, cette vague de vente prolongée pourrait désormais signifier que les obligations ont retrouvé leur attrait. 

The Monthly Review : Les “stories” du mois de...

Article | Actualités | 05/01/2023

L'Union européenne a annoncé un plafond de prix de 60 dollars le baril sur les exportations de pétrole russe. L'accord interdit l'assurance de tous les pétroliers des pays du G7 transportant du pétrole à un prix plus élevé, ce qui a brièvement obligé des dizaines de pétroliers à faire la queue à l'embouchure de la mer Noire.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Les cookies utilisés permettent une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus