Passer au contenu principal Passer au pied de page du site

You are using an outdated browser. Please upgrade your browser to improve your experience.

Février 2016 - Bilan sur l'actionnariat

il y a 3 ans

Donner du temps au temps

La durée de détention moyenne d’une action est passée de quelques années à quelques jours en l’espace de 25 ans. Ce phénomène s’est fortement accentué et il commence même à inquiéter les plus grands gestionnaires d’actifs.

Ainsi, Blackrock, le premier gestionnaire d’actifs mondial avec plus de 4 600 milliards d’euros sous gestion, tire la sonnette d’alarme. Son patron, Larry Fink, vient d’écrire à plus de 500 patrons de grandes entreprises pour les sen-sibiliser à ce sujet.
Le débat n’est pas nouveau, mais il s’accentue via les pressions des fonds activistes1 qui ne cessent d’exiger des taux de rentabilité des actions de plus en plus élevés. Nous serions bel et bien dans une dictature du résultat trimestriel.

Chez AXA Private Management, nous pensons aussi qu’il faut pouvoir donner du temps au temps. Un investissement doit s’évaluer sur la durée, car les impératifs d’une gestion à long terme ne sont pas toujours compatibles avec les contraintes du court terme.
Fonds activistes : fonds qui investissent dans le capital des sociétés sous condition que celles-ci prennent des mesures pour améliorer leurs per-formances (chiffre d’affaires, rentabilité,…).

Et c’est justement ce qui différencie le travail d’un gérant d’actifs par rapport à un trader. Nous sommes attachés à créer de la valeur pour les portefeuilles de nos clients tout en veillant à réaliser des investissements privilégiant les entreprises qui ont un business model pérenne.
A l’inverse, les fonds activistes investissent avec pour objectif de dégager rapidement une plus-value substan-tielle au profit de leurs propres actionnaires.

De bonnes perspectives pour les dividendes en 2016 ?

Comme chaque année à cette époque, le bal des dividendes va s’ouvrir. Les sociétés européennes s’apprêtent à verser à leurs actionnaires des dividendes d'un montant record d'environ 315 milliards d'euros en 2016 contre 304 en 2015, soit une hausse de près de 4 %.

Le rendement moyen du dividende des sociétés de l’indice MSCI Europe en 2016 devrait s’établir aux alentours de 3,5 %. La zone euro continue de bénéficier de facteurs favorables comme la faiblesse des prix des matières premières ainsi que celle de la monnaie européenne. La croissance y demeure soutenue par des facteurs domestiques grâce à une politique monétaire très accom-modante. Dans ce contexte où la zone euro est encore perçue comme un îlot de stabilité, un grand nombre de sociétés européennes ont enregistré de bons résultats financiers en 2015.

Tout cela donne de bonnes raisons de rester optimiste !

Les « stories » du mois de décembre

THE MONTHLY REVIEW: QUICK LOOK

Article | Billets des gérants | 10/01/2020

DÉCEMBRE •  Que s'est-il passé ? 

Quelles seront les répercussions des élections sur...

Article | Billets des gérants | 13/12/2019

Une victoire des conservateurs a toujours été susceptible d’être le résultat le plus favorable pour les marchés. Nous prévoyons que cela suscitera une réaction positive des actions britanniques, mais ce sera également opportun pour la livre sterling, ce qui pourrait miner la confiance, car les poids lourds de l’indice FTSE tirent une part importante de leurs revenus à l’étranger.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Les cookies utilisés permettent une meilleure expérience de navigation sur ce site.
En savoir plus